Il parait qu’un des éléments qui différencie l’artiste professionnel de l’amateur est que le professionnel a appris à reconnaître ses peurs et à aller de l’avant malgré leur présence, alors que l’amateur reste paralysé par ces mêmes peurs et cherche à les éviter. Je ne sais plus où j’ai lu ça, mais selon mon expérience, c’est tout à fait vrai.

Cela dit, avant d’en arriver à créer tout en ayant conscience de ses peurs et réussir à vous en servir comme propulseur pour aller plus loin et grandir (ce qui peut prendre plusieurs années), vous trouverez ci-dessous une liste de trucs applicables dès maintenant afin de réduire l’angoisse face à une feuille à dessin blanche ou à un canevas vierge et les peurs sous-jacentes.

Photo : PublicDomainPictures / Pixabay

Photo : PublicDomainPictures / Pixabay

Liste des trucs

Ne pas savoir par où commencer

1. Donnez une couleur de fond au canevas ou travaillez sur un papier teinté.

2. Débutez avec des couleurs très pâles ou une esquisse au crayon.

3. Faites des croquis et planifiez votre œuvre avant de commencer.

4. Faites de la peinture intuitive et lancez-vous en marquant la toile ou le papier avec la ou les couleurs et médiums qui s’imposent à vous.

5. Réchauffez-vous d’abord avec des peintures spontanées sur du papier de moindre qualité ou en plus petit format.

6. Développez un rituel ou une routine avant de vous mettre au travail : nettoyage du lieu de travail, mise du tablier et des gants, préparation de la palette et des pinceaux, méditation, invocation, musique, etc. Cette routine indiquera à votre subconscient que vous êtes prêt à créer.

La peur de l’inconnu 

7. Repousser les limites de ce que vous connaissez progressivement en ajoutant peu à peu des éléments d’inconnus dans ce que vous faites (couleur, technique, médium….).

8. Utilisez un journal créatif, un carnet de croquis ou autres pour vous pratiquer et découvrir du nouveau. Vous n’avez pas à montrer vos expérimentations à personne si vous ne le souhaitez pas, mais elles vous permettront d’être plus en confiance quant à l’inconnu.

9. Planifier votre peinture avant d’aborder le canevas ou la feuille blanche.

10. Choisissez un médium qui pardonne afin de réduire votre peur de l’inconnu. Par exemple, si vous peignez à l’acrylique et que vous n’aimez pas ce que ça donne, il est possible de mettre une couche de blanc partout et de tenter quelque chose d’autre.

11. Lâchez prise. L’inconnu est une porte ouverte sur de multiples possibilités et ça peut être très excitant! Pratiquez-vous dans votre vie de tous les jours en sortant de votre routine. Par exemple, prenez un chemin différent pour vous rendre au travail, visitez un nouveau quartier ou mangez l’un de ces fruits exotiques à l’aspect étrange dont vous ne connaissez même pas le nom. Ce que vous apprendrez de vous en faisant cela pourra ensuite être mis à profit dans votre activité créatrice.

La peur de l’échec

12. Souvenez-vous que l’échec n’existe pas en art. Toute expérience permet d’apprendre, de découvrir et de progresser.

13. Tirez des leçons de vos « échecs » et allez de l’avant.

14. Créez pour vous-même avant tout. Vous n’avez pas besoin de montrer tout ce que vous faites aux autres.

15. Concentrez-vous sur le plaisir que vous procure le processus créatif, plutôt que sur l’anticipation du résultat final.

16. Créez avec du matériel peu coûteux ou que vous pouvez recycler d’une manière ou d’une autre si vous n’êtes pas satisfait du résultat final. Par exemple, une peinture sur papier peut être découpée ou déchirée et servir pour un collage.

17. Considérez l’utilisation d’un support (papier par exemple) que vous pouvez facilement recadrer si une partie de ce que vous avez fait ne vous plait pas.

18. Peignez sur un format plus petit ou plus grand selon ce qui vous met le plus à l’aise.

19. Instruisez-vous sur les caractéristiques du médium, du support et sur la ou les techniques que vous souhaitez utiliser. Ensuite, pratiquez, pratiquez et pratiquez. C’est comme d’apprendre à jouer au piano. Il faut y aller progressivement et y mettre les efforts nécessaires.

Finalement

20. Ultimement, le meilleur truc, mais probablement le plus difficile à maîtriser, est de reconnaître que vous avez peur, que vous êtes angoissé ou que vous doutez et d’avancer malgré tout. Toute technique permettant de développer la compassion envers vous et l’acceptation de votre être y compris de vos limites comme le yoga et la méditation a le potentiel d’accélérer les choses, mais finalement, c’est en persévérant et en créant malgré les obstacles que vous arriverez à les repousser au second plan. Avec le temps, certains disparaîtront d’eux-mêmes tandis que l’expérience acquise vous permettra de naviguer parmi ceux qui resteront.

Si vous connaissez des trucs contre l’angoisse de la feuille blanche que je n’ai pas mentionnée dans cet article, partagez-les avec moi et les lecteurs du blog en les inscrivant dans l’espace réservé aux commentaires ci-dessous.

Merci de votre présence et à bientôt,

test signature personnalisée_120px

Pin It on Pinterest