Récit d’une expérience

Dans le domaine créatif, on se rend bien souvent compte qu’un échec n’en ai pas un, mais que ce qu’on aurait tendance à appeler ainsi s’avère en fait une occasion de découvertes. J’en ai fait l’expérience cette semaine et puisque j’ai pris plusieurs photos pendant le processus, je vais donc pourvoir partager le tout avec vous.

Première couche d’aquarelle

Aquarelle sur Yupo. Première couche.

Aquarelle sur Yupo. Première couche.

Au départ, je souhaitais seulement renouveler l’expérience de l’aquarelle sur papier Yupo et apprivoiser davantage cette surface extrêmement lisse. La première couche de couleurs donnait des effets intéressants, mais je trouvais que ça manquait d’intensité.

Autres couches… c’est la catastrophe

J’ai par la suite ajouté de la couleur, mais j’ai vite perdu le contrôle et la peinture a perdu de sa luminosité comme vous pouvez le constater sur la photo ci-dessous. J’ai donc retravaillé la surface pendant un bon moment avant de décider que je n’aimais pas le résultat.

Deuxième couche d'aquarelle sur Yupo. C'est la catastrophe!

Deuxième couche d’aquarelle sur Yupo. C’est la catastrophe!

Lavage du papier Yupo

Le papier Yupo a cela de bon que si la peinture ne nous satisfait pas, on peut la mettre sous l’eau, enlever la couleur et recommencer à zéro… ou presque. Dans mon cas, le papier est resté légèrement teinté en bleu et l’encre de Chine a persisté à quelques endroits. Mais ce n’était pas bien grave pour ce que j’avais en tête d’essayer ensuite.

La même feuille de Yupo après nettoyage et application fraîche de peinture acrylique.

La même feuille de Yupo après nettoyage et application fraîche de peinture acrylique.

Glacis à l’acrylique

Cette fois-ci, la peinture utilisée est de l’acrylique avec du médium à glacis. Ce mélange glisse très bien sur le Yupo et permet de magnifiques effets de coulisses (non photographiés). Le papier n’absorbant pas la peinture et le séchage de celle-ci étant ralentis par le médium à glacis, ça laisse beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps pour jouer avec la peinture glissant sur la surface…

Deux effets crées à l'acrylique sur Yupo.

Deux effets crées à l’acrylique sur Yupo.

Effets marbrés et sgraffite

Puisque j’avais une grande quantité de peinture sur le Yupo, j’ai décidé de coller une autre feuille sur la première. Lorsque je les ai séparés, cela a créé automatiquement un magnifique effet marbré que j’ai manipulé par la suite en repliant délicatement la feuille de Yupo sur elle-même. Regardez la peinture de gauche sur la photo pour voir le résultat ou le détail ci-dessous.

Détail de l'effet marbré à l'acrylique sur papier Yupo.

Détail de l’effet marbré à l’acrylique sur papier Yupo.

Pour celle de droite, j’ai pris l’autre feuille marbrée et me suis amusée à faire glisser la peinture acrylique à l’aide de mon index ganté et à gratter doucement la peinture avec un bâtonnet en bois et un cure-dent. La technique mériterait d’être approfondie.

Détail de l’effet sgraffite à l’acrylique sur Yupo.

Détail de l’effet sgraffite à l’acrylique sur Yupo.

Séchage et conservation

Au sujet du temps nécessaire pour que la peinture acrylique soit bien sèche sur ce support lisse, je ne peux pas répondre encore. Près de 20 heures plus tard, la surface est encore fragile et collante. J’espère que le chat n’aura pas la bonne idée de marcher dessus !

À bientôt,

Louise

Pin It on Pinterest