En juillet 2013, j’ai publié un article portant sur les avantages et les inconvénients de Fine Art America. Grâce à un commentaire laissé par un lecteur, je me suis rendu compte qu’il était plus que temps que je mette à jour cet article. Alors voici…

Tout d’abord, je ne repasserai pas à travers la liste des avantages et des inconvénients retenus l’an passé, mais je m’attarderai cette fois-ci à quelques points non couverts et à l’évolution de ma perception des services offerts par Fine Art America.

Aperçu de mon profil sur Fine Art America.

Aperçu de mon profil sur Fine Art America.

Le retour à des formats variés

L’an passé, j’avais décidé de n’offrir mes images qu’en format carte de souhait. J’ai changé d’idée. Après avoir pesé le pour et le contre des services offerts par Fine Art America et les avoir comparés avec ceux offerts par d’autres compagnies du même genre, j’ai finalement décidé de proposer une sélection de mes œuvres en impression sur demande chez Fine Art America dans une variété de format et de support au choix de l’acheteur. Pourquoi? Lisez ce qui suit…

La protection des images

L’un des points qui m’agaçait le plus en 2013, c’est l’affichage en grand format de l’image et la possibilité de me faire voler mes images, mais je me suis rendu compte que finalement, Fine Art America est l’un des services à offrir le plus de protection contre le vol des images :

  • un filigrane (optionnel)
  • la désactivation de la copie d’image à partir d’un clic droit de la souris
  • l’affichage de l’image en moins haute définition que sur d’autres sites.

Une compagnie en constante évolution

Un autre élément positif, c’est que Fine Art America est en constante évolution. La compagnie propose depuis peu une application iPad permettant d’avoir une idée de ce dont peut avoir l’air l’œuvre de votre choix sur le mur de votre salon ou de votre bureau et de procéder à l’achat à partir de votre appareil mobile. L’application simule aussi le passe-partout et le choix d’encadrement s’il y a lieu. C’est un plus pour moi.

Regardez la vidéo promotionnelle; elle aurait gagnée à être plus factuelle et moins romancée selon moi, mais on peut voir l’application en action. Elle met aussi bizarrement l’accent sur l’un des points négatifs de Fine Art America (Pixels.com) : les œuvres achetées n’ont pas la signature de l’auteur.

Notez que Fine Art America exploite une seule et même entreprise sous plusieurs noms tels que : Pixels.com, Fine Art Europe, Fine Art England, etc. C’est pourquoi il est fait mention de Pixels.com dans cette vidéo.

Montant sur les ventes

Avec Fine Art America, vous avez le contrôle sur le montant que vous souhaitez faire sur les ventes. Il n’y a pas de pourcentage fixe de commission. Le pourcentage peut même varier selon l’oeuvre et son format. C’est vous qui décidez.

Moins de soucis

Ce qui m’a fait aussi pencher du côté de Fine Art America, c’est que pour l’instant, je ne suis pas encore prête à m’occuper de la vente directe aux collectionneurs et à gérer les paiements, l’emballage, la livraison, faire le suivi et tout ce que ça implique. Je préfère donc offrir une partie de ma production dès maintenant en édition illimitée via Fine Art America (et ArtFlakes).

Pas pour l’édition limitée cependant

Une autre partie de ma production est réservée pour l’édition limitée, signée et numérotée et sera disponible plus tard. Lorsque le temps sera venu d’offrir ces œuvres en édition limitée, je me tournerai vers l’option de la boutique autohébergée directement sur mon site et peut-être aussi via Saatchi pour plus de visibilité. Je ne sais pas encore…

Les frais, la langue et les acheteurs

L’un des aspects importants à prendre en considération lorsqu’on fait affaire avec Fine Art America est sa clientèle. Si les amateurs de ce que vous faites sont principalement francophones, ils peuvent être rebutés par une expérience d’achat entièrement en anglais. De plus, il faut tenir compte des frais de transport et de douane. C’est d’autant plus vrai si la majeure partie de votre clientèle est en Europe. Heureusement, Fine Art America a commencé à faire imprimer certains de leurs produits en Angleterre, offrant ainsi une livraison moins coûteuse et plus rapide à cette clientèle. D’autres produits devraient suivre sous peu, de même que des développements du même genre du côté de l’Australie.

Cependant, même si Fine Art America (Pixels.com) se veut une entreprise qui offre ses produits au marché international, dans la pratique, les acheteurs sont surtout américains (ce lien mène vers la liste des œuvres récemment vendues et la provenance des acheteurs).

Habitant au Québec, j’aurais préféré faire affaire avec une entreprise locale offrant des services en français et optionnellement en anglais. Je n’ai malheureusement pas trouvé d’entreprise offrant des services similaires à Fine Art America au Québec. Si vous en connaissez, faites-moi le savoir!

L’illusion

Malgré tout ses avantages, c’est une illusion que de penser que parce que vous offrez des images à imprimer sur Fine Art America, les acheteurs vont nécessairement se bousculer et votre compte en banque monter en flèche. Fine Art America propose les œuvres de plus de 100 000 artistes et photographes et bien qu’ils offrent plusieurs outils promotionnels, vous devrez vous faire connaître et offrir des images de qualité pour sortir du lot.

Cliquer ici  pour voir leurs meilleurs vendeurs toutes catégories chez Fine Art America, ça vous donnera une idée. L’abstrait n’y fait pas bonne figure…

Maintenant, jetez un coup d’œil aux meilleurs vendeurs chez ArtFlakes dont je parle un peu plus loin.  Vous voyez la différence? Ça aussi c’est à prendre en considération.

Autres options

Dans le domaine de l’impression sur demande, j’ai aussi essayé les services offerts par Deviant Art et ArtFlakes.

Je vais être franche, j’aime bien l’esprit de communauté de DeviantArt, mais je n’aime pas la façon dont la boutique fonctionne. Si vous avez des images de format non standard, elles doivent être redimensionnées ou laisser apparaître une bande blanche ou noire à l’impression. Si vous souhaitez déterminer vous-même votre prix de vente et votre commission, je trouve le système inefficace et un vrai calvaire à configurer, tellement que je songe à éliminer définitivement ma boutique sur DeviantArt.

Mon profil sur ArtFlakes

Mon profil sur ArtFlakes

Avec ArtFlakes, la configuration est facile et vous pouvez déterminer le pourcentage qui vous revient sur les ventes. La copie des images en format moyen par le clic droit de la souris est désactivée, et si vous visionnez l’image en grand, il y aura un filigrane dans l’image.

Un autre avantage avec ArtFlakes, c’est qu’il s’agit d’une entreprise allemande. Les collectionneurs européens peuvent donc bénéficier de frais de livraison allégés et d’une livraison rapide. Dommage cependant pour les francophones, car le site n’est qu’en anglais ou en allemand.

En France

Si vous habitez en France, il existe des entreprises françaises offrant des services similaires à Fine Art America. Lisez bien les conditions d’utilisation et de paiement. C’est d’autant plus important pour ceux de l’extérieur de la France qui souhaiterait faire affaire avec ces entreprises. Pour ces derniers, vérifiez aussi auprès de votre institution bancaire les frais d’encaissement de paiements internationaux. Ils sont parfois si élevés que ça n’en vaut pas la peine.

Les lois n’étant pas les mêmes en France et en dehors de l’Union Européenne, il est même possible que vous puissiez vendre vos oeuvres, sans pouvoir encaisser le moindre paiement! C’est ce dont je me suis rendu compte avec une entreprise française qui se disait ouverte aux artistes de toutes les origines…

En conclusion, j’espère que cet article et le précédent vous aideront à faire un choix éclairé.

Comme à l’habitude, si vous avez des commentaires ou des questions, écrivez-moi! C’est toujours un plaisir de vous lire.

À bientôt,

test signature personnalisée_120px

Pin It on Pinterest