Plus de simplicité et plus de blanc

Entre la complexité d’une peinture à calques multiples et aux nombreux effets, et une peinture toute en simplicité, mon cœur balance. J’ai naturellement tendance à faire des peintures riches en couleurs couvrant toute la surface du support cependant, depuis quelques mois, une partie de moi recherche la simplicité de la ligne et l’omniprésence d’un blanc vibrant.

L’ensō

Vous avez certainement déjà vu une image similaire à celle ci-contre souvent associée au bouddhisme zen.

"Enso", calligraphie par Kanjuro Shibata XX  Wikipedia.org

« Enso », calligraphie par Kanjuro Shibata XX
Wikipedia.org

Elle représente l’ensō, un mot japonais signifiant « cercle » et utilisé pour symboliser l’illumination, la force, l’élégance, l’univers et le vide. (Wikipedia)

Selon les bouddhistes zen, le caractère de l’artiste est pleinement mis en évidence dans la réalisation d’un ensō et seule une personne accomplie mentalement et spirituellement peut dessiner un véritable ensō. Le long apprentissage de l’art de dessiner cette forme simple peut faire l’objet d’une pratique spirituelle quotidienne. (Wikipedia)

Mon cœur oscille entre les deux

Ceci dit, mon intérêt croissant pour la simplicité me porte à explorer des compositions plus simples, à limiter le nombre de calques et d’effets et à augmenter la présence du blanc dans certaines de mes œuvres. Je dis bien « certaines », car mon cœur oscille entre la simplicité et la complexité. Entre le plaisir de l’âme que me procurent la simplicité et le plaisir des sens et l’énergie vibratoire que m’apportent les œuvres plus complexes. Je ne recherche donc pas un dépouillement total comme celui qu’on retrouve dans l’ensō, mais je retiens l’idée de la pratique du geste simple au quotidien s’intégrant dans le cadre d’une pratique spirituelle, ainsi que la beauté du dépouillement et du contraste entre le noir et le blanc.

Simplicité en bleu

Peinture numérique intitulée : Simplicité en bleu.

« Simplicité en bleu »
Peinture numérique, septembre 2013.
© 2013, Louise Lamirande.

Voici donc, une œuvre réalisée en misant sur la simplicité. Attention, il ne faut pas confondre simplicité avec facilité, car pour en arriver à une composition et des lignes intéressantes tout en limitant les excès, j’ai dû m’y prendre plus d’une fois, tout effacer et recommencer à zéro.

Je comprends mieux maintenant comment il est possible de passer une vie à tracer des cercles ensō…

Et vous?

Et vous, quel genre de peinture vous rejoint le plus? Préférez-vous la simplicité ou la complexité?

Exprimez-vous dans l’espace réservé aux commentaires ci-dessous.

Merci de votre visite et à bientôt,

Louise

Crédit image : Ensō, calligraphie par Kanjuro Shibata XX, Wikipedia.org 

Pin It on Pinterest