Ceci est la deuxième et avant dernière partie de l’article. Si vous avez manqué la première portant sur les principaux éléments à considérer lorsque vient le temps de choisir quoi faire de ses peintures sur papier, je vous invite à la lire en cliquant sur ce lien.

Aujourd’hui, je dresse une liste des options qui s’offrent à vous si vous choisissez l’encadrement. Ce moyen de présenter des œuvres sur papier est un classique et lorsqu’il est fait selon les règles de l’art, c’est aussi un moyen reconnu pour préserver vos peintures, dessins ou collages.

option-avec-cadre

Les options avec cadre

Le cadre recyclé. On n’y pense pas toujours, mais recycler un vieux cadre est une solution à envisager. Si vous êtes comme moi, vous avez peut-être de vieux cadres dans le fond d’une armoire. Au lieu de les laisser prendre la poussière, vous pouvez en retirer l’image ou la photo et le réutiliser.  Si l’encadrement a été fait de façon professionnelle à l’origine, le passe-partout est parfois réutilisable, sinon remplacez-le par un neuf. N’hésitez pas à repeindre le cadre de la couleur de votre choix pour l’harmoniser à votre oeuvre et à votre décor.

Si vous n’avez pas de vieux cadres, gardez l’œil ouvert la prochaine fois que vous visiterez une vente de débarras ou un marché aux puces. Vous pourriez y trouver un trésor à un prix dérisoire.

L’ensemble d’encadrement préfabriqué. Il se vend dans des magasins comme Ikea, Wal-Mart, Michaels et autres. Il comprend un cadre, une vitre (parfois un plexiglas), un passe-partout et un carton de fond. La plupart du temps, le passe-partout est fait de carton qui n’est pas traité pour durer. Il risque de jaunir avec les années et d’endommager l’œuvre qu’il est censé protéger.

C’est un choix à faible coût, à considérer pour des œuvres de peu de valeur qu’on ne souhaite pas garder longtemps. Les cadres préfabriqués sont souvent de qualité moyenne à médiocre. Les attaches à l’arrière se brisent, la vitre est parfois égratignée, le revêtement du cadre s’écale, etc. Inspectez-les avec soin avant de les acheter et manipulez-les le moins possible.

Heureusement qu’il y a des exceptions. J’ai récemment fait l’essai d’un modèle de cadre préfabriqué en aluminium bien conçu, résistant et réutilisable. J’en parle en détail ici. Ce cadre est vendu avec la vitre, un papier-barrière contre l’acide, un panneau de fond et un système d’accrochage. Le passe-partout n’est pas inclus.

L’ensemble d’encadrement préfabriqué avec passe-partout sans acide. C’est une variante du choix précédent. Vous achetez un cadre préfabriqué avec un passe-partout sans acide déjà inclus, ou bien vous retirez le passe-partout d’origine de piètre qualité et vous vous en procurez un qui est sans acide. Voilà une option plus intéressante que la précédente, mais qui entraîne des coûts supplémentaires.

Le cadre préfabriqué vendu seul. Ce type de cadre est souvent de meilleure qualité que les précédents et se retrouve habituellement chez les encadreurs. Ces derniers vont se charger de monter votre œuvre en suivant vos spécifications : choix du passe-partout, de la vitre, du carton de fond, du système d’accrochage, sceller l’œuvre, etc. On entre ici dans une tout autre gamme de prix puisqu’il vous faudra payer aussi la main d’œuvre. Bien sûr, vous pouvez acheter le cadre préfabriqué et faire le montage chez vous si vous préférez.

L’achat en pièces détachées. Certains marchands, surtout présents sur internet, permettent d’acheter tout le matériel nécessaire pour encadrer. Vous choisissez le cadre, la qualité de Plexiglas, la couleur et l’épaisseur du passe-partout, ainsi que le carton de fond. Vous recevez tout en pièces détachées et faites le montage vous-même. Cette option est surtout avantageuse pour les personnes qui ont plusieurs œuvres d’un même format à encadrer, car il faut souvent acheter en grande quantité pour que les prix deviennent vraiment intéressants.

Le coût de cette option varie beaucoup selon les choix que vous faites, mais pour l’artiste professionnel qui prépare une exposition d’une série d’œuvres de même format, c’est habituellement beaucoup plus économique que de faire affaire avec un encadreur professionnel.

L’encadrement professionnel chez l’encadreur. C’est coûteux, mais le travail est de qualité supérieure. Si vous travaillez sur des formats non standards, c’est souvent la seule option qui s’offre à vous. Le principal problème avec l’encadrement professionnel d’œuvres sur papier, c’est qu’on se retrouve bien vite avec un encadrement qui coûte plus cher que la valeur de la peinture à moins d’être un artiste professionnel reconnu.

Tout faire vous-même, ou en partie. Préparer tout vous-même ou du moins en partie est une autre option si vous avez l’habileté, le temps et l’espace nécessaire pour le faire.

Par exemple, la coupe de passe-partout peut se réaliser avec un simple couteau à passe-partout du genre de celui-ci  et une règle. Ça peut faire l’affaire pour du travail d’amateur, mais si vous aimez des coupes parfaites et plus rapides, vous préférerez probablement un système plus sophistiqué comme celui-là  qui coupe aussi la vitre et le plexiglas ou un autre système encore plus performant et encore plus coûteux. Le prix de vente de ces systèmes est élevé et il faut faire beaucoup de coupes de passe-partout pour rentabiliser ce type d’appareil. Le prix est habituellement proportionnel avec la qualité du travail obtenu, la durabilité de l’appareil et sa facilité d’utilisation. Ils sont aussi très encombrants pour la plupart.

Dans la troisième et dernière partie de cet article, vous trouverez une liste de différentes options de présentation sans cadre cette fois-ci. Cliquez ici.

Merci de votre présence et à bientôt!

test signature personnalisée_120px

Pin It on Pinterest