Comme vous avez pu le constater en suivant le blog, je tente depuis quelques semaines d’imiter les effets de l’encaustique avec de l’acrylique. Jusqu’à maintenant, mes tests ne sont malheureusement pas très convaincants. J’ai quand même décidé de vous les montrer. Qui sait, peut-être cela vous évitera-t-il de faire les mêmes erreurs et vous fera gagner du temps si vous tentez de faire la même chose!

Aperçu des tests de fausse encaustique à l'acrylique. Janvier 2016. © 2016, Louise Lamirande.

Aperçu des tests de fausse encaustique à l’acrylique.
Janvier 2016.
© 2016, Louise Lamirande.

Ces deux pages tirées de mon journal montrent de récents tests. L’objectif de départ était de recréer, avec de l’acrylique, l’effet de lignes incrustées et colorées d’une couleur contrastante que l’on retrouve souvent dans l’encaustique. Je n’ai pas vraiment atteint mon objectif, mais j’ai tout de même appris les points suivants :

Le blanc, avec modération

Trop de blanc dans la couche finale de médium de fausse encaustique (environ 50% de gel mat & 50% de médium vernis brillant Liquitex) gâche l’effet de translucidité. À ne pas faire…

Vue d'ensemble de la page de gauche. La partie de droite e reçu une couche de cire Gamblin en guide de protection. Celle de gauche, rien. Janvier 2016. © 2016, Louise Lamirande.

Vue d’ensemble de la page de gauche. La partie de droite e reçu une couche de cire Gamblin en guide de protection. Celle de gauche, rien.
Janvier 2016.
© 2016, Louise Lamirande.

Détail d'un peu plus près de la page de gauche. Janvier 2016. © 2016, Louise Lamirande.

Détail d’un peu plus près de la page de gauche.
Janvier 2016.
© 2016, Louise Lamirande.

Vue d'ensemble de la page de droite. Janvier 2016 © 2016, Louise Lamirande

Vue d’ensemble de la page de droite.
Janvier 2016
© 2016, Louise Lamirande

Détail de la page de droite et les effets de lignes incrustées. L'effet est minimal puisque la couche de fausse encaustique manque de volume. Janvier 2016. © 2016, Louise Lamirande.

Détail de la page de droite et les effets de lignes incrustées. L’effet est minimal puisque la couche de fausse encaustique manque de volume.
Janvier 2016.
© 2016, Louise Lamirande.

Réduction majeure du volume au séchage

Le médium perd beaucoup de son volume au séchage. C’est d’ailleurs un point que je n’apprécie pas du tout de l’acrylique. Le résultat donne une trop fine couche pour réellement donner l’impression d’encaustique. Même en rajoutant une couche ultra épaisse de médium qui a pris plus de 5 jours à sécher complètement, l’effet de volume est minimal. De plus, avec le mélange de fausse encaustique dans un ratio de 50 mat/50 brillant, l’opacification avec une telle épaisseur me semble trop élevée.  Voir la portion de gauche de la photo ci-dessous…

Détail de la page de gauche. À gauche de la ligne noire, j'ai ajouté une couche très épaisse de médium de fausse encaustique. L'effet de volume est pauvre et l'opacification importante. Janvier 2016. © 2016, Louise Lamirande.

Détail de la page de gauche. À gauche de la ligne noire, j’ai ajouté une couche très épaisse de médium de fausse encaustique. L’effet de volume est pauvre et l’opacification importante.
Janvier 2016.
© 2016, Louise Lamirande.

Volume et nombre de couches nécessaires

Ce qui me mène à la question suivante. Combien de couches de médium de fausse encaustique à l’acrylique est-il nécessaire de mettre à la surface d’une peinture pour créer un réel effet d’épaisseur? Au moins 6 couches (!!!) avec la recette actuelle de médium de fausse encaustique. C’est du moins la conclusion que j’ai tirée de tests plus approfondis et systématiques.  Je vous en montrerai les détails dans un prochain article…

Merci de votre présence et à la prochaine,

test signature personnalisée_120px

Pin It on Pinterest