Imaginez une roue comme celles qu’on retrouve dans les fêtes foraines. Donnez un élan à la roue afin de la faire pivoter sur son axe central. Ce qui est en haut va de déplacer vers le bas et si l’élan est suffisant, poursuivre sa course et remonter à nouveau vers le haut.

La créativité suit un parcours semblable à une roue. Il y a des hauts et des bas. Si l’élan est suffisant lors de la descente, la remontée va se faire sans difficulté, mais si la poussée est faible, le parcours s’arrêtera en bas et y restera jusqu’à ce qu’une nouvelle poussée remette la roue en mouvement.

Photo : parry26. Pixabay.com

Photo : parry26. Pixabay.com

Les hauts et les bas

Je ne sais pas si vous vivez la même chose, mais en ce qui me concerne, j’ai observé que ma production artistique suit des cycles. Pendant les hauts, je fais de deux à trois peintures simultanément, et dès qu’elles sont terminées, j’en commence de nouvelles. Lorsque les peintures s’accumulent, vient un moment où je ne peux plus continuer et que je dois absolument passer à l’étape moins excitante de leur donner un titre, de prendre des photos, de numériser les œuvres de petit format, de mettre à jour mes archives, de ranger les œuvres et de décider si je vais les offrir dans la boutique, les présenter à une exposition, les garder en référence, les recycler ou les jeter.  Pendant ce temps, je dois ralentir ou même freiner le mouvement de la roue de la créativité. J’aimerais bien pouvoir jouir de la liberté de peindre sans devoir me soucier du reste, mais ce n’est pas réaliste vous en conviendrez.

Lorsque ces tâches sont terminées, ou en voie de l’être, je me retrouve avec un nouveau défi, celle de remettre en route l’élan créatif mis en veille. C’est là que les pièges du doute, de l’évitement ou la procrastination se pointent le bout du nez. Pour m’aider à les surmonter, voici quelques-unes des stratégies que j’utilise. Peut-être vous aideront-elles si vous faites vous aussi l’expérience d’une situation similaire.

6 stratégies pour faire tourner la roue

  • Faire du ménage dans l’atelier. Rendre l’espace plus agréable à travailler et plus efficace. Ranger, jeter ou recycler ce qui ne sert plus et laisser de la place pour de nouvelles expériences.  Juste de manipuler son matériel d’art est parfois suffisant pour faire redémarrer la roue.
  • Peindre malgré tout. Même vous ne savez pas dans quelle direction aller et même si vous doutez, lancez-vous. Préparez quelques couleurs, du papier ou une toile, vos spatules ou vos pinceaux et abandonnez-vous au processus le plus possible. C’est souvent dans ces moments sans attente qu’on fait les plus belles découvertes ou qu’on trouve une nouvelle ligne directrice qui va nous mener de l’avant.
  • Utiliser un autre médium. Travailler avec un autre médium et sortir de sa routine est stimulant. C’est souvent tout ce que ça prend pour faire redémarrer la roue à plein régime.
  • S’acculer volontairement au pied du mur. J’avoue que ce n’est pas la situation la plus confortable, mais de se mettre volontairement dans une situation dans laquelle on doit absolument actionner la roue  est parfois nécessaire. Exemples : Vous avez promis une œuvre à une date fixe. Vous avez pris l’engagement de produire x nombres de peintures pour une exposition à venir bientôt.
  • S’accorder des vacances. Faire une balade en plein air, voir des amis (es), aller au cinéma, visiter une exposition, etc. L’important ici est de faire des activités que l’on aime et qui nous font du bien. C’est toujours plus facile par la suite de retrouver l’enthousiasme et l’énergie de créer à nouveau à moins que vous soyez l’un de ces artistes torturés qui préfèrent créer dans un état émotionnel instable ou perturbé. Dans ce cas, vous savez quoi faire… 😉
  • Et si c’est l’inspiration qui manque, consultez cette liste de 50 sources d’inspiration publiée sur le blog à cet endroit http://louiselamirande.com/50-sources-dinspiration-pour-vos-peintures/
Je vous remercie de votre visite et à la prochaine,

test signature personnalisée_120px

Pin It on Pinterest