Au premier regard, le Dura-Lar mat et le Yupo translucide semblent presque identiques. Le sont-ils vraiment? Lequel est le plus approprié pour peindre? J’ai testé les deux et voici ce que j’ai découvert.

Composition et apparence

Le Dura-Lar et le Yupo sont tous les deux faits de matières plastiques. Le Dura-Lar mat à la surface givrée et translucide est fait de polyester. Dans le cas du Yupo translucide, il s’agit de polypropylène.

Les deux sont des papiers synthétiques, sans acide, très résistants et indéchirables au fini blanc, lisse, givré et translucide. (Ne pas confondre avec l’autre variété de Dura-Lar qui est totalement transparent et semblable à l’acétate, ni avec le Yupo d’un blanc opaque.)

Ici, on peut voir le papier Yupo d'un blanc opaque à gauche et sa version translucide à droite. © 2017, Louise Lamirande.

Ici, on peut voir le papier Yupo d’un blanc opaque à gauche et sa version translucide à droite.
© 2017, Louise Lamirande.

Hydrophobie

Selon le résultat de mes recherches en ligne, on dit du polypropylène (Yupo) qu’il repousse davantage l’eau que le polyester (Dura-Lar). Ce qui laisse supposer que tous les médiums à base d’eau comme l’aquarelle ou l’acrylique vont se comporter différemment selon qu’on peint sur le Yupo ou le Dura-Lar translucide.

C’est en effet ce que j’ai constaté. La différence n’est pas majeure, mais j’ai quand même remarqué que la technique de retrait de peinture ou d’encre est légèrement plus facile avec le Yupo qu’avec le Dura-Lar.

Une autre différence est le temps de séchage qui me semble légèrement plus long avec le Yupo. Il ne s’agit que d’une impression subjective, mais qui a du sens si on considère que le Yupo est moins absorbant et repousse davantage l’eau que le Dura-Lar.

Comparaison de la translucidité entre le Dura-Lar mat .005 à gauche, et le Yupo à droite. © 2017, Louise Lamirande.

Comparaison de la translucidité entre le Dura-Lar mat .005 à gauche, et le Yupo à droite.
© 2017, Louise Lamirande.

Translucidité

Si je compare maintenant le Dura-Lar mat .005  au Yupo translucide vendu en grandes feuilles chez DeSerres, le Dura-Lar est plus transparent et laisse mieux voir ce qu’il y a en dessous. Pour certaines techniques, c’est un point très important. Notez que je n’ai toutefois pas comparé le Yupo translucide avec le Dura-Lar un peu plus épais de .007. La différence est certainement moins évidente.

Adhérence

Selon mes recherches, il parait que le polyester est mieux considéré comme support d’impression que le polypropylène. Encore une fois, ça confirme mes tests. Le Dura-Lar semble retenir la peinture et les encres avec plus d’efficacité que le Yupo. Encore là, la différence n’est pas énorme, mais nécessite parfois des ajustements dans la façon de travailler si je passe d’un support à l’autre.

Embossage

Pour les adeptes de la technique d’embossage, les deux supports me semblent appropriés bien qu’ils soient beaucoup plus rigides qu’un papier fibres naturelles comme le coton. Je ne suis toutefois pas une experte dans cette technique, alors il vous faudra faire vos propres expériences.

Disponibilité et coût

Un point important à considérer dans le choix entre l’un ou l’autre de ces supports, est certainement la facilité à les trouver et leur coût.

Au Québec, les deux peuvent être achetés chez De Serres, en ligne et dans certaines de leurs succursales (et très probablement chez d’autres marchands locaux).

Pour l’Europe, ces papiers synthétiques sont plus difficiles à trouver. Pour le Yupo, jetez un coup d’œil chez Amazon.fr si vous n’en trouvez pas chez votre marchand préféré. Pour ce qui est du Dura-Lar mat, faites une recherche avec l’appellation Mylar. Le Mylar est aussi un film de polyester mais fabriqué par la compagnie Dupont.

« Ensemencer la terre »

Encre de Chine et acrylique sur papier Yupo translucide. 10 x 13 po (25,4 x 33 cm).

"Ensemencer la terre" Encre de Chine et acrylique sur papier Yupo translucide. 10 x 13 po (25,4 x 33 cm). Avril 2017. © 2017, Louise Lamirande.

« Ensemencer la terre » Encre de Chine et acrylique sur papier Yupo translucide. 10 x 13 po (25,4 x 33 cm). Avril 2017. © 2017, Louise Lamirande.

Détail de la peinture : "Ensemencer la terre" Encre de Chine et acrylique sur papier Yupo. Avril 2017. © 2017, Louise Lamirande.

Détail de la peinture : « Ensemencer la terre »
Encre de Chine et acrylique sur papier Yupo.
Avril 2017.
© 2017, Louise Lamirande.

Détail de la peinture : "Ensemencer la terre" Encre de Chine et acrylique sur papier Yupo. Avril 2017. © 2017, Louise Lamirande.

Détail de la peinture : « Ensemencer la terre »
Encre de Chine et acrylique sur papier Yupo.
Avril 2017.
© 2017, Louise Lamirande.

Détail de la peinture : "Ensemencer la terre" Encre de Chine et acrylique sur papier Yupo. Avril 2017. © 2017, Louise Lamirande.

Détail de la peinture : « Ensemencer la terre »
Encre de Chine et acrylique sur papier Yupo.
Avril 2017.
© 2017, Louise Lamirande.

Conclusion

Il n’y a pas de différence majeure entre le Dura-Lar mat et le Yupo translucide pour l’artiste peintre. Le choix d’un support plutôt que l’autre est principalement une question de préférence personnelle. (Notez que je n’ai pas testé ces supports avec des médiums secs, mais seulement avec des encres -de Chine, à l’alcool et à l’acrylique- et de la peinture à l’huile.)

La meilleure chose à faire est de tester les deux par vous-même afin de voir lequel vous aimez le plus.

En ce qui me concerne, et pour des raisons tout à fait subjectives, je préfère le fini givré du Dura-Lar mat, la façon dont les encres y adhérent et son niveau de résistance supérieur au froissement surtout dans sa version plus épaisse (.007).

Merci de votre présence et à bientôt,

Pin It on Pinterest