Acheter sans essayer

Lorsque je vais chez le marchand de matériel d’art, j’hésite toujours devant l’étalage réservé aux pinceaux. C’est comme de me retrouver dans une boutique de chocolat fin et de devoir choisir… Comment faire un choix satisfaisant si je n’ai pas goûté au préalable? Comment choisir le pinceau qui correspondra le mieux à mes besoins sans pouvoir l’essayer? Je ne peux qu’imaginer, en le touchant, en testant la flexibilité et la douceur des poils ce que ça donnera en action.

Je peux aussi me fier sur la renommée du fabricant, les recommandations d’autres artistes, l’expérience des commis, les indications sur les emballages et autres sources, mais ultimement, mon niveau de satisfaction sera nécessairement subjectif.

Pinceaux spalter Kaerëll de Raphaël, série 281. © 2015 photo : Louise Lamirande.

Pinceaux spalter Kaerëll de Raphaël, série 281.
© 2015 photo : Louise Lamirande.

Spalter Raphaël, série 281

Ceci dit, je vous parle aujourd’hui de pinceaux achetés récemment. Il s’agit de deux pinceaux de la compagnie Raphaël (France), de type spalter (à manche court, plat et au bout carré) de la série 281 et dont les poils sont en kaërell, une fibre synthétique. Le manche est en bois laqué d’un vernis anti-UV et la virole est en acier inoxydable. J’ai acheté le même modèle en largeur de 30mm (1 1/4po) et de 50 mm (2 po).

Une excellente idée : l’affichette

Ce qui a attiré mon attention vers ces pinceaux, c’est d’abord la bonne réputation du fabricant, mais aussi, je dois l’avouer, la présentation des pinceaux. Ces pinceaux sont vendus attachés à une affichette en plastique indiquant clairement toutes les informations nécessaires au choix de pinceaux : le niveau de souplesse et utilisation idéal. Une excellente idée marketing et aide à l’achat.

Utilisation recommandée

Dans le cas des pinceaux achetés, le fabricant les recommande pour la peinture fluide (acrylique, gouache, lavis), le vernis, et à un degré moindre, pour l’encre et l’aquarelle. Il est également possible de les utiliser pour le gesso, mais ce n’est pas le meilleur choix. Par contre, il est déconseillé de les utiliser pour  la peinture épaisse, les empâtements et l’huile.

Mon utilisation

J’ai essayé ces pinceaux pour appliquer du médium à glacis et des encres acryliques sur papier Yupo. La souplesse et la douceur des poils permet un mouvement fluide et rends l’expérience très agréable et je dirais même…  sensuelle. Autre bon point, les poils de ces pinceaux ne laissent à peu près pas de traces. J’adore.

Le prix

Qu’en est-il du prix? Eh bien, ces pinceaux ne sont pas donnés, surtout que de ce côté-ci de l’océan il s’agit d’importation, mais si je tiens compte des bons services qu’ils rendent et que j’en prends soin afin qu’ils durent de nombreuses années, je trouve que c’est un investissement qui en vaut le coût.

Conclusion

Finalement, je suis très heureuse de la découverte et de l’achat de ces pinceaux Raphaël en kaërell.

Si vous recherchez un pinceau plat de type spalter pour des projets à l’acrylique, à la gouache, à l’aquarelle ou à l’encre, pour faire des lavis ou appliquer du vernis, jetez un coup d’œil à la série 281 de Raphaël. Peut-être aurez-vous vous aussi un coup de cœur pour ces pinceaux versatiles.

Lien utile

Merci de votre présence et à bientôt,

test signature personnalisée_120px

Pin It on Pinterest