C’est une question banale en apparence, mais la réponse est plus complexe qu’on pourrait l’imaginer.  Pour l’artiste, qu’il soit amateur, professionnel ou en voie de le devenir, être capable d’identifier la raison profonde derrière ce qu’il fait est essentiel non seulement pour mieux se connaître, mais aussi pour  orienter ses choix créatifs et définir sa démarche artistique.

"Et si..." Huile et cire d'abeille sur film de polyester. 9x12 po (22,9 x 30,5 cm). Février 2018. © 2018, Louise Lamirande.

« Et si… »
Huile et cire d’abeille sur film de polyester.
9×12 po (22,9 x 30,5 cm).
Février 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

À la question « Pourquoi faites-vous de la peinture? », il est tentant de répondre rapidement par la première réponse qui nous vient par la tête et de ne pas chercher plus loin. Dans mon cas, la réponse rapide est : « Parce que j’aime ça! »

Cette réponse rapide est suffisante pendant un moment, mais après un certain temps, on sent bien qu’il y a plus à découvrir si on s’en donne la peine. Alors on gratte progressivement sous la surface et la réponse facile évolue en quelque chose de beaucoup plus profond.  C’est là qu’on découvre la raison fondamentale pour laquelle on fait de la peinture.

Aujourd’hui, je vous présente un petit exercice pour vous aider à mettre le doigt sur la raison profonde pour laquelle vous faites de la peinture.

Détail de la peinture : "Et si..." Huile et cire d'abeille sur film de polyester. Février 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Détail de la peinture :
« Et si… »
Huile et cire d’abeille sur film de polyester.
Février 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

L’exercice du pourquoi

Si vous êtes un habitué du développement personnel, vous avez probablement déjà fait une variante de cet exercice. Le voici :

Instructions :

Cet exercice peut se faire seul ou avec une autre personne. Si vous le faites avec quelqu’un, soyez certain d’être parfaitement à l’aise avec cette personne. C’est étonnant à quel point ce qui ressort de ce simple exercice du pourquoi devient vite très personnel.

Si vous faites l’exercice seul, vous avez le choix de le faire par écrit, en pensée ou verbalement. Personnellement, je trouve que c’est plus facile de le faire verbalement, mais c’est à vous de choisir.

Si vous êtes accompagné de quelqu’un pour faire l’exercice, cette personne va devoir, entre chaque phrase verbalisée, vous poser la question « Pourquoi? ».

Que vous soyez seul ou accompagné, la chose la plus importante à retenir est de répondre le plus spontanément possible à la question posée. Plus vous attendez et réfléchissez, plus vous aurez tendance à vous censurer et vous éloigner de ce qui est fondamental.

Détail de la peinture : "Et si..." Huile et cire d'abeille sur film de polyester. Février 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Détail de la peinture :
« Et si… »
Huile et cire d’abeille sur film de polyester.
Février 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

Procédure :

Vous commencez par dire, penser ou écrire la première phrase :

  • « Je ………. parce que ………. . »

Vous (ou la personne qui vous assiste) posez ensuite la question :

  • « Pourquoi? »

Vous reprenez ensuite  la fin de la dernière phrase et répondez à la question du pourquoi.

  • « Je ………. parce que ………. . »

Ainsi de suite, jusqu’à ce que vous ayez creusé le plus loin possible.

Exemple :

Voici un exemple :

  • « Je fais de la peinture parce que j’aime ça. »
  • « Pourquoi? »
  • « J’aime ça parce que ça me permet de m’évader de mon quotidien. »
  • « Pourquoi? »
  • « Je m’évade de mon quotidien parce qu’il ne me satisfait pas. »
  • « Pourquoi? »
  • « Mon quotidien ne me satisfait pas parce que ……. »
  • Etc….
Détail de la peinture : "Et si..." Huile et cire d'abeille sur film de polyester. Février 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Détail de la peinture :
« Et si… »
Huile et cire d’abeille sur film de polyester.
Février 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

Autres informations

  • Si l’exercice ne semble vous mener nulle part, essayez une variante qui consiste à commencer vos phrases par « Je veux …. parce que ………. ».
  • Il se peut que vous ne puissiez pas creuser très loin lors d’une première tentative. Gardez l’exercice à l’esprit pendant les jours à venir. II est fort possible qu’une réponse vous vienne plus tard.
  • L’un des indices montrant que vous êtes allé suffisamment en profondeur est lorsque vous avez un de ces moments de réalisation du type « Euréka! » ou « Wouah! » ou lorsque vous êtes parcouru de frissons. Vous voyez ce que je veux dire?
  • Ça peut aussi être beaucoup moins glorieux et ramener à la surface de vieilles blessures ou des manques dans votre vie que vous auriez préféré laisser aux oubliettes. Faites preuve de compassion envers vous-même si ça arrive et entourez-vous de gens qui vous aiment et vous soutiennent.
  • Si vous creusez vraiment, vraiment profond, vous pourriez même en arriver à l’un des éléments de la pyramide de Maslow !

Alors…. Pourquoi faites-vous de la peinture?

Au sujet de la peinture

La peinture illustrant cet article fait partie de la série sur laquelle je travaille en ce moment dont le sujet  porte sur le rêve et les illusions de l’ailleurs à travers des paysages imaginés.

Merci de votre présence et à la prochaine,

Autres articles

Pin It on Pinterest