Je ne bois pas, je ne me drogue pas, je ne prends pas d’antidépresseur. Au lieu de cela, je peins. J’ajoute de la couleur aux jours gris, du mouvement à la platitude, de la texture aux moments sans relief. J’exprime en images ce que je trouve impossible à verbaliser et je me raconte des histoires à mon goût.

Aperçu de deux peintures hybrides ou fusion techniques mixtes et numérique. Mars 2015. © 2015, Louise Lamirande.

Aperçu de deux peintures hybrides ou fusion techniques mixtes et numérique.
Mars 2015.
© 2015, Louise Lamirande.

L’imaginaire et les histoires

En réfléchissant aux raisons profondes expliquant pourquoi j’aime faire de la peinture, j’ai réalisé que toutes mes activités préférées tournent autour de la création d’univers imaginaires et d’histoires racontées.

J’adore lire et je dévore les romans. J’aime les bonnes histoires au cinéma et à la télévision. J’ai étudié le théâtre, cet art par excellence de la représentation d’histoires. Enfin, je peins et crée des univers imaginaires ou réinventés.

Est-ce fuir le réel? Parfois oui, je dois l’avouer. Lorsque le monde bascule, que la routine m’ennuie, que les obligations m’accaparent, la fuite est tentante ne serait-ce que pour de brefs moments.

"Allers-retours" Peinture hybride, fusion entre techniques mixtes et numérique. Mars 2015. © 2015, Louise Lamirande.

« Allers-retours »
Peinture hybride, fusion entre techniques mixtes et numérique.
Mars 2015.
© 2015, Louise Lamirande.

Détail de la peinture hybride : "Allers-retours". Mars 2015. © 2015, Louise Lamirande.

Détail de la peinture hybride : « Allers-retours ».
Mars 2015.
© 2015, Louise Lamirande.

Détail de la peinture hybride : "Allers-retours". Mars 2015. © 2015, Louise Lamirande.

Détail de la peinture hybride : « Allers-retours ».
Mars 2015.
© 2015, Louise Lamirande.

L’équilibre

Malgré tout selon moi, le véritable problème, c’est lorsque l’imaginaire prend toute la place au détriment des besoins fondamentaux et de la vie. Dans la version québécoise du premier film de la série Harry Potter « Harry Potter à l’école des sorciers » (J.K.Rowling), l’un des personnages (Dumbledore) dit une phrase qui a eu et a encore une forte résonnance en moi. La voici :

« Ça ne sert à rien de se nourrir de chimères… si on oublie de vivre. »

Dumbledore dans « Harry Potter à l’école des sorciers »

Je pense à cette phrase lorsque je me sens basculer excessivement dans l’imaginaire. Ça m’a causé des problèmes dans le passé et je ne souhaite pas revivre ces moments. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, un imaginaire trop fertile et qui prend toute la place n’est pas bon, même pour un artiste. Selon mon vécu, dans ce cas-là, les idées foisonnent, mais la capacité à réaliser quoi que ce soit de concret est nulle. Les idées restent donc des idées et ne prennent jamais une forme tangible comme celle d’une peinture.

"La tête sous l'eau" Peinture hybride, fusion entre techniques mixtes et numérique. Mars 2015. © 2015, Louise Lamirande.

« La tête sous l’eau »
Peinture hybride, fusion entre techniques mixtes et numérique.
Mars 2015.
© 2015, Louise Lamirande.

Détail de la peinture hybride : "La tête sous l'eau". Mars 2015. © 2015, Louise Lamirande.

Détail de la peinture hybride : « La tête sous l’eau ».
Mars 2015.
© 2015, Louise Lamirande.

Détail de la peinture hybride : "La tête sous l'eau". Mars 2015. © 2015, Louise Lamirande.

Détail de la peinture hybride : « La tête sous l’eau ».
Mars 2015.
© 2015, Louise Lamirande.

Pour y arriver

Le Qi Gong est l’une des activités qui m’aident le plus à conserver un état d’équilibre entre le réel et l’imaginaire en unifiant mon corps et mon esprit tout en calmant le mental et les émotions. Certains types de méditation me font aussi du bien, comme celle de la pleine conscience. Par contre, d’autres me font planer si haut que j’ai peine à revenir et je les évite maintenant.

Au sujet des peintures

À propos des peintures illustrant cet article, il s’agit de deux nouvelles peintures hybrides (pour savoir ce que c’est, lisez ceci) .

La plupart du temps, je vous dis quelques mots sur chaque peinture. Mais cette fois-ci, je vais me taire afin que vous puissiez laisser votre propre imaginaire vous raconter des histoires. Des histoires à votre goût…

Si vous souhaitez par la suite partager ces histoires, ou me raconter comment vous faites pour équilibrer le réel et l’imaginaire dans votre vie, faites-le dans l’espace réservé aux commentaires ci-dessus, ou en privé via la page de contact.

Merci de votre présence,

test signature personnalisée_120px

Pin It on Pinterest