Dans ce qui suit, je vous présente une étude de textures sur papier Yupo et vous raconte comment j’ai gâché cette même peinture en appliquant un vernis en vaporisateur dehors, au plus froid de l’hiver. On apprend de ses erreurs paraît-il…

De l’encre en couches multiples

Voici une peinture sur papier Yupo (Lanavanguard) terminée il y a quelques jours. Il s’agit d’une étude de textures réalisée avec des encres de couleurs à base d’alcool de marque Adirondack. Je trouve que les effets de textures sont particulièrement réussis. Ils résultent de l’application d’une bonne dizaine de couches d’encre. Chacune a été déposée directement de la bouteille, manipulée avec un pinceau, un coton tige ou autre, diluée avec de l’alcool isopropyl (alcool à friction), et/ou frottées à la laine d’acier (expression québécoise désignant un tampon de fibre d’acier utilisé pour le décapage ou le récurage).

"Étude de textures à l'encre sur papier Yupo" Janvier 2014. © 2014, Louise Lamirande.

« Étude de textures à l’encre sur papier Yupo »
Dim. 10″ X 8″
Janvier 2014.
© 2014, Louise Lamirande.

Des agrandissements pour mieux voir

Les photos ci-dessous montrent deux agrandissements de la peinture et permettent d’avoir une meilleure vue de la texture. Les dépôts en reliefs proviennent de l’accumulation de pigments due aux multiples couches d’encre, du traitement de la surface au tampon à récurer, ainsi que de petits résidus de laine d’acier emprisonnés dans l’encre.

Détail de la peinture à l'encre sur Yupo ci-dessus. © 2014, Louise Lamirande.

Détail de la peinture à l’encre sur Yupo ci-dessus.
© 2014, Louise Lamirande.

 

Autre détail de la peinture à l'encre sur Yupo ci-dessus. © 2014, Louise Lamirande.

Autre détail de la peinture à l’encre sur Yupo ci-dessus.
© 2014, Louise Lamirande.

Application du vernis acrylique à -20 C

Comme vous le savez, j’aime protéger mes peintures sur papier Yupo avec le vernis acrylique en vaporisateur Golden. Le plus souvent, j’applique 2 couches de vernis lustré, suivi d’une couche de vernis satiné. Dans ce cas-ci, j’ai mis 3 couches de lustré.

Je ne sais pas ce que font les autres artistes, mais je n’aime pas utiliser de fixatifs, ni de vernis en vaporisateur dans la maison. Les émanations sont toxiques et nécessitent, si on veut les utiliser à l’intérieur, soit une excellente ventilation ou un système de filtration de l’air bien plus puissant que ce que j’ai en ce moment. Le résultat? Il me faut aller dehors et je dois avouer que l’hiver, à -20 C, ça pose problème.

J’ai quand même fait l’essai d’appliquer 3 couches de vernis acrylique Golden sur ma peinture. Le résultat? Le vernis ne semble pas sécher entre les couches et si l’œuvre est légèrement inclinée, comme ce fut le cas, le vernis coule et laisse de « belles » coulisses. Heureusement, le problème ne parait pas sur l’œuvre numérisée, mais en réel, la peinture est bonne pour la poubelle. Dommage…

Note à moi-même : ne pas utiliser le vernis acrylique Golden à -20 C…

Selon la fiche technique du vernis en vaporisateur de la compagnie Golden que je viens tout juste de consulter, le produit est conçu pour être utilisé à une température se situant entre 18 et 24 C. C’est bien loin du -20 C! Je vais devoir attendre une température plus clémente pour protéger mes peintures, mais je ne crois pas avoir la patience d’attendre jusqu’au printemps…

Je vous remercie de votre visite sur ce blog et vous invite à vous joindre à moi sur Facebook, Twitter, Google+, YouTube, Pinterest et Tumblr !

À bientôt,

Louise

Pin It on Pinterest