Quel est votre premier réflexe lorsque vous cherchez de l’information sur un sujet, un lieu ou une personne? Autrefois, vous auriez questionné vos proches, visité une bibliothèque en quête de réponses ou auriez fait des appels téléphoniques. De nos jours, le premier réflexe est de se connecter sur internet et de faire une recherche en ligne. C’est pourquoi la plupart des artistes ont désormais une forme ou une autre de présence en ligne. Que ce soit un site internet, un blog, une page Facebook, un compte Instagram, une chaîne YouTube ou autre.

Photo : Wokandpix /Pixabay.com

Photo : Wokandpix /Pixabay.com

L’anglais, la langue dominante sur internet

Selon les statistiques de l’Internet World Stats, les 10 langues les plus utilisées sur internet en mars 2017 étaient, en ordre d’importance : l’anglais, le chinois, l’espagnol, l’arabe, le portugais, le malaisien, le japonais, le russe, le français et l’allemand.

Ce qui signifie que si vous souhaitez rejoindre le maximum de gens sur internet, il est quasi obligatoire de le faire en anglais, du moins en partie.

Le choix du bilinguisme

Vous avez décidé d’avoir un site bilingue? Je crois que c’est une sage décision à moins que vous souhaitiez vous adresser exclusivement à des lecteurs francophones ou que vous n’ayez tout simplement pas les compétences linguistiques nécessaires.

Vous pourriez toujours demander de l’aide extérieure pour traduire les pages de votre site, mais que ferez-vous lorsque vous recevrez des commentaires ou des questions de visiteurs anglo-saxons?

Je déconseille fortement les traductions automatisées qui sont, presque toujours, pleines d’erreurs et qui ne font tout simplement pas sérieux, mais à vous de décider!

Le site simple au contenu statique

Si vous optez pour un site simple qui n’a que quelques pages statiques et dont le contenu change rarement, c’est facile d’avoir un site d’artiste bilingue. Dans un tel cas, le texte en français est habituellement suivi du texte en anglais sur une même page ou dans un même article. Avec un site sous WordPress, il est aussi possible d’employer une extension pour basculer d’une langue à l’autre. Attention toutefois aux extensions proposant une traduction automatisée. Il préférable de choisir celles permettant de faire vous-même la traduction.

Le site complexe au contenu non statique

Ça se complique si vous aimez bloguer ou si vous pensez vendre des produits (peintures, dessins, etc.) ou des services (cours, consultation, coaching, etc.). Ce type de contenu n’est pas statique et demande beaucoup de temps en traduction surtout si vous êtes prolifique.

Photo : whitesession / Pixabay.com

Photo : whitesession / Pixabay.com

Des options à considérer :

Avoir un site bilingue, mais un blog unilingue sur votre site. Ce n’est pas le choix idéal. Les visiteurs anglophones risquent d’avoir l’impression d’être laissés pour compte, mais c’est quand même bien.

Avoir un site bilingue et un blog unilingue hébergé sur une autre plateforme comme Worpress.com ou Blogger. C’est une option très fréquente chez les artistes, mais je crois que si vous avez un blog, il est préférable qu’il se trouve au même endroit que votre site. Par expérience, un blog est ce qui a le plus grand pouvoir pour attirer de nouveaux visiteurs sur un site internet. Si votre blog n’est pas situé sur votre site principal, il y a de très fortes chances que les lecteurs du blog ne visitent jamais votre site. En plus, vous risquez de perdre le contenu du blog si la plateforme d’hébergement ferme, vous devez parfois endurer de la publicité sans en tirer aucun profit et vous n’avez pas le contrôle total sur l’apparence de votre contenu. Par contre, si votre blog devient populaire et génère beaucoup de trafic comme c’est le cas du mien, il vous faudra prévoir des coûts $$$ supplémentaires pour l’hébergement de votre site.

Avoir un site bilingue et une boutique sur une autre plateforme ayant (ou non) un système de traduction automatisée ou semi-automatisé, complet ou partiel. Par exemple, vous pourriez choisir de vendre des peintures sur Saatchi (seulement en anglais – dommage pour les francophones) ou Etsy (plusieurs langues, mais la traduction automatisée est pénible à lire).

Mon choix : avantages et inconvénients

Après quelques années passées avec un site entièrement en français, j’ai décidé de faire la transition vers le bilinguisme en 2014. À l’époque, je ne voulais pas traduire la totalité du contenu du blog. J’ai tendance à écrire de long article, et je trouvais la tâche trop ardue.  En plus, je souhaitais me garder une porte de sortie au cas tout ça ne marcherait pas comme souhaité. J’ai donc choisi, au lieu d’avoir un site où la moitié du texte est en français et l’autre en anglais ou d’utiliser une extension spécialisée (mon site est sous WordPress) de traduction, d’utiliser un sous-domaine.

Photo : stevepb / Pixabay.com

Photo : stevepb / Pixabay.com

Le sous-domaine

Un sous-domaine apparaît comme un site indépendant, mais partage le même hébergement que votre site principal. Dans mon cas, http://en.louiselamirande.com est le sous-domaine de http://louiselamirande.com.

Avantages

Dans la pratique, ça veut dire que mon site en anglais agit comme un site indépendant. Je pourrais y avoir un design différent de mon site en français et j’ai le contrôle total sur ce que je souhaite y mettre ou pas. Par exemple, je pourrais écrire un billet de blog ne s’adressant qu’aux lecteurs anglophones ou créer du contenu ciblé pour ces visiteurs qui seraient sans intérêt pour les francophones et que je ne voudrais pas mettre sur mon site en français.

Si je change d’idée et que je souhaite seulement garder mon site en français, je peux, en quelques clics, fermer le sous-domaine sans que ça n’affecte louiselamirande.com.

Inconvénients

Par contre, le sous-domaine implique l’installation, la configuration, le design et des mises à jour du site totalement indépendantes du site principal. En termes clairs, ça signifie du travail en double. Pour un site avec des pages statiques, ce n’est pas trop grave, mais pour un site avec un blog actif, une boutique et plusieurs images, ça devient vite problématique.

Si c’était à refaire, je ne suis pas certaine que je choisirais l’option du sous-domaine, mais c’était la meilleure option à l’époque. Maintenant, faire des changements serait un travail titanesque. L’option à laquelle je pense toutefois serait d’utiliser un service extérieur pour la boutique en ligne.  C’est vraiment ce qui me prend le plus de temps à gérer en double.

Conclusion

Pour un site simple contenant surtout des pages statiques et pas de boutique, je pense qu’un bon choix est d’avoir le contenu dans les deux langues sur une même page, sans l’utilisation d’une extension de traduction. À vous de décider si vous traduisez aussi vos billets de blog ou non.

Pour un site plus complexe, je n’ai pas de choix idéal à vous proposer. Considérez bien les différentes options qui s’offrent à vous et réfléchissez bien avant d’agir. Certaines sont plus difficilement réversibles, surtout après plusieurs années, lorsque le site a plus de contenu.

J’espère que ceci vous aura aidé à faire un choix plus éclairé.

À la prochaine,

Pin It on Pinterest