Ma première exposition solo est encore en cours, malgré tout après plusieurs expositions de groupe et l’examen de nombreux contrats d’exposition, voici deux ou trois petites choses que j’ai apprises et qui pourraient vous être utiles si vous comptez exposer vos œuvres prochainement.

Vue de mon exposition solo en cours jusqu'à la fin de mars 2018 à la bibliothèque de Ville de Lorraine. Février 2018. © 2018, Louise Lamirande

Les murs foncés, le thermostat et les meubles sont des éléments avec lesquels on doit composer lors du montage d’une exposition dans un lieu public.
Février 2018.
© 2018, Louise Lamirande

  • Attendez la signature du contrat avant de crier hourra. Ce n’est pas parce qu’on a confirmé par courriel que vous avez été sélectionné pour présenter vos œuvres en solo que le projet va obligatoirement se faire. Je l’ai appris à mes dépens et deux fois plutôt qu’une !
  • Lisez bien avant de signer le contrat. À vous de choisir ensuite si les conditions vous conviennent ou pas. Selon l’endroit, vous pourrez peut-être faire ajouter ou modifier certaines clauses. Il m’est arrivé de refuser d’exposer à certains endroits parce que le contrat était très permissif envers l’organisateur, mais n’offrait à peu près pas d’avantages et beaucoup de contraintes pour l’artiste.
  • Règles de présentation. À certains endroits, les œuvres sur papier doivent obligatoirement être encadrées et les toiles de format galerie. Exit les œuvres sur papier avec un montage temporaire sur carton qui sont suspendues par des clips à papier ou bien les toiles dont les côtés ne sont pas finis. En cas de doute, n’hésitez pas à questionner les organisateurs !
  • Perte, bris, vol. Je ne sais pas comment ça se passe en France, mais au Québec, il est commun, pour l’organisateur d’une exposition de se décharger totalement de toutes responsabilités en cas de perte, bris ou vol et de n’assurer aucune surveillance particulière lors de l’exposition. Certains obligent les artistes à souscrire à une assurance, d’autres pas.
  • Vernissage à vos frais. En fonction du lieu où vous comptez exposer vos œuvres, vous aurez peut-être à payer la totalité des frais d’un vernissage et le « permis de réunion » de la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec. Ce sont des frais à tenir en ligne de compte lors de la signature du contrat.
  • Pourcentage sur les ventes. Chaque lieu d’exposition à ses propres règles sur le sujet. Certaines permettent la vente, mais ne s’occupent pas des transactions, tandis que d’autres prennent une commission sur chacune.
  • Assurez le suivi vous-même. Ne tenez pas pour acquis que les personnes qui organisent une exposition vont tenir toutes leurs promesses. Ce sont des gens occupés et ils ont souvent bien d’autres choses en tête que de faire le suivi de vos demandes. Vous devrez prendre l’initiative et les relancer au besoin.
Autre vue de mon exposition solo en cours jusqu'à la fin de mars 2018 à la bibliothèque de Ville de Lorraine. Février 2018. © 2018, Louise Lamirande

Un éclairage non conçu pour mettre en valeur les oeuvres sur les murs et des meubles lourds et impossibles à déplacer sont d’autres éléments dont on doit tenir compte.
Février 2018.
© 2018, Louise Lamirande

Préparation au montage

Les organisateurs ne disposent pas toujours de plan ou de photos des lieux pour faciliter la planification de votre exposition. Dans ce cas, il est préférable de visiter les lieux afin d’évaluer le ou les espaces disponibles. Si vous pouvez y aller plus d’une fois, c’est encore mieux, car il y aura probablement des éléments que vous n’aurez pas remarqués à une première visite.

Voici quelques points à noter  lors de votre visite :

  • Dimensions, emplacement et état des murs et espaces disponibles pour l’accrochage des œuvres
  • Système d’accrochage : son fonctionnement, le poids qu’il supporte, son nombre (quantité de crochets ou de tiges par exemple),
  • Obstacles : meubles, thermostats, commutateurs, fenêtres, trous à camoufler, etc.
  • Éclairage : dans un lieu qui n’est pas conçu pour être une galerie d’art, les chances sont que l’éclairage ne soit pas idéal pour vos œuvres. Attendez-vous à un éclairage inégal avec des œuvres suréclairées et d’autres dans l’ombre. Attention au soleil direct et aux sources de chaleur comme un foyer allumé ou un calorifère.
  • Ambiance : couleurs des murs et l’environnement à proximité (exemple : dans une bibliothèque, le coin jeu et lecture pour enfants de couleur vert pomme) et vue d’ensemble du lieu.
Le montage d'une exposition demande du temps et des efforts. Demandez de l'aide de vos proches ! Février 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Le montage d’une exposition demande du temps et des efforts. Demandez de l’aide! 
Merci à mon fils (sur la photo) et mon conjoint. Février 2018 
© 2018, Louise Lamirande.

Le montage

Qui est responsable du montage? Dans plusieurs espaces dont la vocation première n’est pas d’être une galerie, l’accrochage se fait soit par l’artiste, soit par des bénévoles. Oubliez le montage précautionneux avec des gants de coton dans le cas des bénévoles. Le montage se fait à vos risques. Si vous avez des œuvres fragiles, informez-vous des conditions d’accrochage au préalable.

Devez-vous faire les cartons d’identification des oeuvres vous même? Informez-vous à ce sujet. Certains organisateurs exigent une présentation spécifique de votre part, d’autres pas.

Le contexte et l'ambiance du lieu est aussi à prendre en ligne de compte. Février 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Le contexte et l’ambiance du lieu est aussi à prendre en ligne de compte.
Février 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

Si vous faites le montage vous-même :

  • Prévoyez du temps pour vous familiariser avec le système d’accrochage. Certains sont d’une agréable facilité, mais d’autres sont malheureusement un vrai calvaire.
  • Calculez plus de temps que nécessaire pour l’accrochage.
  • Demandez de l’aide. Ça va plus vite et c’est indispensable si vous avez de grandes œuvres ou des peintures lourdes ou sous verre.
  • Planifiez la disposition de vos œuvres avant d’être sur les lieux si c’est possible, mais soyez souple, car il y aura probablement des imprévus comme une partie du système d’accrochage non fonctionnel, un meuble rendant l’accrochage impossible, un commutateur au mauvais endroit, un trou dans le mur à dissimuler, etc.

Voilà ! J’espère que ces quelques indications vous éviteront de mauvaises surprises.

Au sujet des photos

Les photos illustrant cet article ont été prises à la fin du montage de mon exposition solo qui est en cours jusqu’à la fin mars à la bibliothèque de la Ville de Lorraine (Québec). Toutes les infos à ce sujet sont ici.

Bonne exposition et à la prochaine,

Autres articles

Pin It on Pinterest