J’ai testé l’ « Art Portfolio Original » d’Itoya

par | 10 Oct, 2019

Voici de quoi ont l’air les « Art Portfolio Original » d’Itoya. © Louise Lamirande

Si vous cherchez un moyen simple et efficace de préserver vos dessins et peintures sur papier, Yupo, film de polyester, papier toilé ou autres supports du même genre et que vos œuvres sont de 18 x 24 po ou plus petites, j’ai une suggestion pour vous. Essayez les portfolios Itoya !

Description de l’Art Portfolio Original d’Itoya

Itoya est une compagnie qui fabrique plusieurs types de porte-documents pour les artistes et les photographes. Le produit que je vous suggère et que j’utilise depuis quelques années est l’« Art Portfolio Original » d’Itoya. Ce portfolio de 24 pages compatible avec l’archivage est fabriqué dans une variété de formats américains courants allant de 4×6 po à 18×24 po. Personnellement, j’ai testé les formats 11×14 po et 8×10 po.

Si vous travaillez en mesures métriques, Itoya (voir ici) indique sur son site qu’il existe des produits pour vous, mais je n’en ai toutefois jamais vu au Québec.

Extérieur

L’« Art Portfolio Original » d’Itoya a une couverture souple noire et résistante faite de polypropylène. Elle est suffisamment épaisse pour bien protéger les pages intérieures tout en ayant une certaine souplesse permettant une manipulation aisée.

Intérieur

Le portfolio contient 24 pochettes transparentes faites de polypropylène, sans PVC et sans acide. Ces pochettes sont attachées de façon permanente au porte-documents. Il est impossible de les retirer ou d’en ajouter des pochettes dans ce modèle. Notez cependant qu’Itoya fabrique d’autres modèles avec pochettes amovibles. Je ne les ai toutefois pas essayés.

Chaque pochette transparente contient un papier noir mat sans acide et sans lignine mettant en valeur les documents qu’on y insère. De plus, les pochettes ont un fini légèrement texturé qui limite les reflets lumineux, mais les élimine toutefois pas totalement.

Vue de l’intérieur d’un Art Portfolio Original Itoya neuf.
© Louise Lamirande.

Utilisation

Souvent employé par les photographies, ce type de portfolio convient très bien à des peintures ou des dessins de petite taille. Il suffit de les glisser dans les pochettes par le haut. Le polypropylène dont elles sont faites empêche les encres et la peinture d’adhérer à la paroi intérieure des pochettes préservant ainsi vos œuvres.

Bien évidemment, les peintures doivent être parfaitement sèches et les dessins fragiles protégés par un verni ou un fixatif avant de les ranger dans les pochettes.

Le portfolio contenant 24 pochettes, il est possible de ne mettre qu’une œuvre par pochette ou bien d’en mettre deux dos à dos si le grammage du papier n’est pas trop élevé pour un maximum de 48 œuvres par portfolio.

Selon ma propre utilisation, je peux vous dire que 2 œuvres sur papier aquarelle de 300 gr (150 lb) est le maximum qu’il est possible de faire entrer dans une seule pochette. Pour y arriver, il faut même enlever le papier noir inséré par défaut dans la pochette. Le portfolio plein sera légèrement courbé par toute cette épaisseur, mais ça ne devrait pas endommager les œuvres.

Vue de l’intérieur. Le papier noir met en valeur les oeuvres et les protège. On peut aussi y faire un montage de plusieurs petites oeuvres comme c’est le cas sur la page de gauche.
© Louise Lamirande

Les avantages de ce portfolio

  • Durable. Le polypropylène dont il est fait est une substance très résistante. Il faut toutefois faire bien attention lors de l’insertion des œuvres afin de ne pas déchirer ou abimer les pochettes.
  • Mise en valeur des œuvres. La transparence et la légère texture des pochettes mettent en valeur les œuvres tout en évitant d’avoir trop de reflets lumineux sous certaines conditions d’éclairage.
  • Protection. Ce portfolio protège les œuvres de l’humidité, de la poussière et de la lumière. Il n’est pas zippé ni totalement fermé, mais il assure une protection suffisante pour la plupart des besoins.
  • Identification et rangement. La tranche du portfolio dispose d’un carton réversible sur lequel il est possible d’écrire afin d’identifier le contenu du portfolio et de faciliter sa classification.
  • Réutilisable et modifiable. Bien que j’utilise surtout les portfolios Itoya pour ranger et préserver mes œuvres créées sur papier et feuilles de polyester, vous pouvez très bien vous en servir pour présenter votre travail à un galeriste ou à des collectionneurs. Le système des pochettes permet de modifier le contenu de votre portfolio selon vos besoins.

Les désavantages

  • Modifications et expansions limitées. Oui, vous pouvez changer les œuvres mises dans le portfolio et en modifier l’ordre, mais c’est beaucoup plus long à faire qu’avec un portfolio ayant des pages amovibles. Aussi, puisque les pages sont fixes, il est impossible d’en ajouter des nouvelles. Selon les projets et l’utilisation que vous comptez faire d’un portfolio, c’est une chose importante à considérer. Est-ce qu’un modèle à feuilles amovible correspondrait mieux à vos besoins?
  • Pas totalement fermé. Ce n’est pas un problème important si vous comptez conserver votre portfolio dans une armoire comme je le fais avec les miens, mais si vous prévoyez l’emporter avec vous pour le présenter à un galeriste ou à collectionneur, une version qui se ferme complètement pour plus de protection serait probablement mieux. Notez qu’avec un minimum de précautions il est toutefois parfaitement possible de voyager avec l’« Art Portfolio Original » d’Itoya. Je l’ai fait sans aucun problème à quelques reprises.
  • Le prix. Organiser et ranger ses œuvres avec ce portfolio a un prix, surtout si vous produisez beaucoup et dans les formats les plus grands. D’autres options seraient probablement plus avantageuses pour vous.

En ce qui me concerne, je ne mets que mes œuvres les plus réussies dans un portfolio Itoya. De plus, je remplis toujours les pochettes avec deux œuvres (recto verso) au lieu d’une. Finalement, je profite des aubaines pour acheter de nouveaux portfolios.

Pour ce qui est de mes œuvres plus grandes, je les conserve à plat sur la tablette d’une armoire fermée ou dans des portfolios de carton sans acide que je fabrique moi-même en prenant soin de mettre une feuille de papier à croquis sans acide entre chaque œuvre. (plus d’info à ce sujet dans cet autre article du blog)

Le portfolio devient vite très épais si on met deux oeuvres dos à dos dans une même pochette. Ici, j’ai enlevé le papier noir pour faire plus de place.
© Louise Lamirande

Comparez l’épaisseur du portfolio vide du dessus et de celui qui contient 48 oeuvres du dessous.
© Louise Lamirande

Où acheter ce produit

Pour le Québec et le Canada

Il existe plusieurs endroits où acheter ce produit si vous habitez au Québec ou au Canada.

Pensez aussi à regarder du côté des boutiques de photographie.

Il y a aussi :

Pour la France et ailleurs

Si vous vivez de l’autre côté de l’océan, ce type de produit est parfois appelé « Book », « Presentation book » ou « album à pochettes ».

  • Recherchez du côté des boutiques de photographie, ou chez votre marchand de matériel d’art. Les produits Itoya semblent difficiles à trouver en France, mais vous arriverez probablement à trouver l’équivalent ou même mieux.
  • Bien sûr, les produits se retrouvent aussi chez Amazon.fr, mais j’avoue que les prix sont très élevés.

Et vous ?

Quel système utilisez-vous pour conserver vos dessins et peintures sur papier? Préférez-vous les portfolios en carton, les tiroirs ou les boîtes?

Merci de votre présence et à la prochaine,

Louise

Pin It on Pinterest