Comme vous le savez, j’aime peindre intuitivement, sans idée préconçue de l’aspect final de mes peintures ni aucune idée du type de composition que je souhaite exploiter. Ça a des avantages, mais aussi des inconvénients. Aujourd’hui, je vous parle de quelques-uns de ces avantages et inconvénients et vous donne un exemple en photos de la valse-hésitation du processus créatif intuitif…

"Juste un rêve" Huile et cire d'abeille sur film de polyester de 9x12 po (22,9 x 30,5 cm). Mai 2018. © 2018, Louise Lamirande.

« Juste un rêve »
Huile et cire d’abeille sur film de polyester de 9×12 po (22,9 x 30,5 cm).
Mai 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

Le positif

Parmi les avantages, ce type de processus intuitif développe, entre autres, la spontanéité, le lâcher-prise et la présence. Je suis attentive à ce qui se passe en peignant, tout en conservant une attitude souple, à l’affût de ce qui se développe sous mes yeux. Lorsque je repère une ligne directrice ou des éléments évocateurs qui suscitent particulièrement mon intérêt, je les exploite ensuite plus rationnellement en tenant compte des notions de base du design et de la composition.

L'une des premières étapes de création de la peinture intuitive : "Juste un rêve". Mai 2018. © 2018, Louise Lamirande.

L’une des premières étapes de création de la peinture intuitive : « Juste un rêve ».
En fait, à cette étape-ci, la peinture a déjà subi une transformation majeure (un renversement à 180 degrés), mais j’ai malheureusement détruit les photos plus anciennes.
J’aime la composition minimaliste et les couleurs, mais l’ensemble manque d’intérêt.
Mai 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

Le négatif

Par contre, le processus intuitif donne des résultats souvent aléatoires et difficiles à reproduire surtout chez les débutants en peinture. Avec le temps, c’est toutefois moins vrai et l’on trouve un état d’équilibre entre les deux extrêmes que sont les gestes spontanés et libres totalement hors de contrôle et les gestes pensés, réfléchis, souvent trop rigides.

Cette fois-ci, j'y suis allée avec des couleurs plus fortes, moins sages. Mai 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Suivant une impulsion, je prends le risque de modifier drastiquement les couleurs. Je ne sais toujours pas où je m’en vais avec cette peinture, alors j’expérimente.
Mai 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

La période de tâtonnement

Le processus intuitif occasionne aussi une période plus ou moins longue de tâtonnement pendant laquelle j’ai parfois l’impression de perdre mon temps… et beaucoup de peinture. Avant qu’une ligne directrice se manifeste, il peut s’écouler pas mal de temps. La tentation d’abandonner est grande, mais j’y résiste et je persiste longtemps. En fait, c’est rare que j’abandonne complètement une peinture. Il faut dire que je peins avec des médiums qui pardonnent et qui permettent des modifications radicales lorsque c’est nécessaire.

Je poursuis mon expérimentation en inversant la peinture de 180 degrés et en modifiant la composition. Rien de bien excitant encore une fois. Je dois poursuivre. Mai 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Je poursuis mon expérimentation en inversant la peinture de 180 degrés et en modifiant la composition. Rien de bien excitant encore une fois. Je dois poursuivre.
Mai 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

En persistant et en surpassant cette période de tâtonnement, l’histoire de cette valse-hésitation laisse des traces dans le résultat final et une touche unique impossible à rendre avec un processus créatif purement linéaire.

Ici, je teste un effet plus dramatique en augmentant le contraste. et en simplifiant l'horizon. C'est déjà mieux, mais toujours insatisfaisant. Mai 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Ici, je teste un effet plus dramatique en augmentant le contraste. et en simplifiant l’horizon. C’est déjà mieux, mais toujours insatisfaisant.
Mai 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

C’est l’une des raisons pour laquelle je persiste à débuter mes peintures de façon intuitive. Lorsque le résultat s’avère désastreux, je n’hésite pas à risquer le tout pour le tout en modifiant radicalement les couleurs, la composition ou même l’orientation de la peinture comme vous pouvez le constater dans les photos illustrant cet article.

Notez toutefois que le processus intuitif en peinture n’est heureusement pas toujours marqué par autant d’hésitation. Il est même parfois d’une incroyable simplicité, mais j’ai choisi de vous montrer des photos d’un cas extrême parce que j’ai pensé que ce serait plus intéressant pour vous.

Et puis, après avoir encore une fois modifié les couleurs, je trace intuitivement une montagne et la ligne directrice se profile enfin. Je procède alors aux correctifs nécessaires et termine la peinture. Mai 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Et puis, après avoir encore une fois modifié les couleurs, je trace intuitivement une montagne et la ligne directrice se profile enfin. Je procède alors aux correctifs nécessaires et termine la peinture. Mai 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Connaître pour mieux lâcher-prise

Il y a une chose que je dois cependant vous dire avant de terminer cet article, c’est que plus je progresse, plus je me rends compte que l’assimilation des connaissances théoriques de la peinture des éléments du design et de la composition, de même qu’une excellente connaissance des médiums, des supports à peindre et des outils de l’artiste sont essentielles afin de tirer le maximum du processus créatif intuitif et lâcher-prise.

Détail de la peinture : "Juste un rêve" Huile et cire d'abeille sur film de polyester. Mai 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Détail de la peinture : « Juste un rêve »
Huile et cire d’abeille sur film de polyester.
Mai 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

Je sais que ça parait contradictoire, mais j’ai observé que lorsque ces connaissances sont parfaitement acquisses et qu’elles font plus ou moins partie de nous,  il est plus facile de faire confiance au processus créatif intuitif tout en obtenant des résultats satisfaisants.

Détail de la peinture : "Juste un rêve" Huile et cire d'abeille sur film de polyester. Mai 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Détail de la peinture : « Juste un rêve »
Huile et cire d’abeille sur film de polyester.
Mai 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

Pensez à une personne qui n’a jamais touché à une guitare et qui essaie d’improviser une mélodie sans aucune connaissance technique. Les chances sont que ce ne sera pas très agréable à entendre. Imaginez maintenant un guitariste d’expérience, en pleine maîtrise de son instrument, ayant parfaitement assimilé les connaissances techniques propres à son art. Maintenant, écoutez-le improviser…

Détail de la peinture : "Juste un rêve" Huile et cire d'abeille sur film de polyester. Mai 2018. © 2018, Louise Lamirande.

Détail de la peinture : « Juste un rêve »
Huile et cire d’abeille sur film de polyester.
Mai 2018.
© 2018, Louise Lamirande.

C’est la même chose en peinture à mon avis; les connaissances et l’expérience soutiennent le processus intuitif en peinture. Encore faut-il être capable de basculer du mode rationnel au mode intuitif selon les besoins. Ça, c’est une autre histoire….

Je vous remercie de votre présence et à la prochaine,

Autres articles

Pin It on Pinterest